( 13 mars, 2012 )

Mensonges & Cachoteries, Partie 1.

Mardi 14 Février

Bonjour je me présente je m’appelle Ashley et j’ai 16 ans. Je suis plutôt gâtée niveau physique, en tous cas les mecs ne disent pas le contraire. Hein Simon? Simon est blond avec des yeux marron et il a beaucoup de tâche de rousseur. C’est mon ex, j’ai plutôt mal vécu notre rupture car il m’a plaqué du jours au lendemain pour je ne sais quelle raison ! Donc c’est pour cela que je le remplace avec une centaine de mec. Ma meilleure amie, Aurore, ne comprend pas pourquoi je fais sa. Elle trouve que je me fais plus du mal qu’autre chose ! Au moins moi je ne me venge pas sur les autres comme le fais ma pire ennemi Andréa. Bon peut-être que je me venge un peu des garçons mais pas autant qu’ Andréa. Petite explication, Ça faisait 1 ans et demi qu’Andréa, une superbe rousse, sortait avec Clément. Clément est châtain. Il fait du basket donc il est super grand et musclé. Un soir d’automne, en novembre je crois, Clément a demander à Andréa s’y il pouvait se voir car il voulait lui parler. Andréa quand elle est arriver au lieu du rendez-vous elle était quelque peu stresser. Clément lui dit qu’il n’avait plus de sentiment pour elle. Elle s’en doutait, car Clément était distant avec elle depuis quelque semaine, mais elle espérait se tromper. Andréa lui demanda s’y il avait rencontrer une autre fille, il acquiesça. Elle partit furieuse, elle voulait se venger de cette fille. Le lendemain elle voulu savoir qui était cette mystérieuse fille, elle demanda à Clément mais il ne voulait pas répondre, il disait que sa ne la concernait pas (Andréa) et que sa servait à rien de lui en vouloir (à la fille), mais de lui en vouloir à lui. Elle ne l’écouta pas et pendant tout le mois de novembre elle chercha mais en vain. Quand un midi de décembre, elle vu que je parlais à Clément, et qu’on riait. Elle vint nous voir et hurla sur Clément en lui demandant si c’était moi qu’il aimait, il répondit OUI ! Vous vous rendez compte ?! J’étais aussi choquer qu’Andréa. Quand elle partit (furieuse bien sur!), Clément m’expliqua qu’il avait dis sa pour qu’Andréa arrête de chercher qui était la vrai fille mystérieuse. Je lui demanda qui s’était il me dit qu’il ne voulait pas le dire et partit. Je n’en croyais pas mes yeux, je le couvre et lui comment il me remercie ? En refusant de me dire qui est cette fille mystérieuse ! Quelle ingrat. Bon, comme vous pouvez vous l’imaginez par la suite Andréa me faisait vivre un enfer.
Elle m’enfermais dans les vestiaires après le sport, elle me faisait accuser à la place d’elle… Ainsi de suite (d’ailleurs elle n’a toujours pas arrêter !).

Ce soir là, je feuilletais les pages de magazine People, l’un de mes plus grands plaisirs… Et là, je pus apercevoir mon bonheur, c’était un prince charmant ? Je me frottais les yeux énergiquement, mais je ne rêvais pas : Page 24, l’amour de ma vie. Oh, mais quelle chance… De mon doigt, j’inspectais mot par mot la moindre preuve que ce beau jeune homme était parisien. Là : « Mathéo, scolarisé au lycée Sainte Anna Mary ; adolescent, actuellement célibataire. »
Mais, c’est l’homme que je cherche. Il est parfait ! Non, je rêve. Il est dans mon lycée ! Je n’y crois pas mes yeux ! Vite vite il faut que j’appelle Au’ (Aurore) :
Aurore – Oui ? Qu’es qu’y se passe Ash’ (moi) ?
Moi – Tu ne devineras jamais ?!
Aurore – Tu as trouver l’homme de ta vie dans le magasine People.
Moi – Comment tu le sais ? Tu lis dans mes pensée, c’est pas possible!
Aurore – Figure toi, que moi aussi j’étais justement en train de lire People et je suis aussi tombée sur Mattéo, j’allais t’appeler d’ailleurs mais tu as été plus rapide que moi.
Moi – Alors tu le trouves comment ?
Aurore- Je trouve qu’il est plus beau en vrai.
Moi (en criant) – QUOI, TU L’AS DÉJÀ VU EN VRAI ?!
Aurore – Oui, je le connais, c’est le fils d’un ami à ma mère. Mais s’il te plaît Ash’ fais attention, Mattéo est un coureur de jupon, il passe de fille en fille. En gros comme ce que tu fais avec les mecs, mais si celui la t’intéresse vraiment fais gaffe. Je ne veux pas qu’il te brise le c½ur comme ce qu’a fais Simon !
Moi – Ne t’inquiète pas ma belle. Je dois te laisser. Je viens te chercher demain matin à 8h pile. Kiss

Je retournais sans cesse les phrases de Au’.
Ashley, arrête de penser à tout ça ! Il faut absolument que demain matin j’en reparle avec Au’ !

J’avais envie de me rafraichir, je sortis de chez moi et alla dans le parc en fasse de chez moi avec mes écouteurs au oreilles.
Je ne regardais pas ou je marchais, je réfléchissais encore à se que m’avais dis Au’, et je me remémorais mes souvenirs avec Simon, je ressentais son parfum, son odeur dans mon écharpe qu’il m’avait offert.
Et tout d’un coup je me cogna dans quelqu’un.
Moi – Ouille…
Inconnu – Oh pardon, me lança une voix masculine.
Moi – Non c’est à moi de m’excus…
Mais avant que je puisse dire quoi que ce soit ; devinez sur qui je suis tomber, Mattéo !

7h50, je pars de chez moi.
8h je sonne chez Aurore.
Aurore – Coucou ma belle.
Moi – Hier devine qui j’ai vu au parc ?
Aurore – Un chat noir ?
Moi – Mattéo !
Aurore – Ah bon? Pourtant il habite loin de chez toi je crois.
Moi – Si tu le dis.
Aurore – Vous vous êtes parlez ? Ou tu la juste vu et tu ne lui a pas adressez la parole ?
Moi – En faite j’écoutais de la musique avec mes écouteurs et je ne regardais pas ou je marchais et lui non plus apparemment et on s’est percuter.
Aurore – Et c’est tout ?
Moi – Tu es bien impatiente dis moi ! Bon alors, après il s’est excuser et moi aussi. Il m’a demander comment je m’appelais et je lui ai aussi demander son prénom même si je le connaissait déjà ! Je lui ai demander s’y il habitait dans le coin. Et il m’a dit qu’il était venu voir un ami. (Un ami, et non une amie, bon signe !) Après il m’a demander dans quelle lycée j’étais et je lui ai dit à Sainte Anna Mary. Il a souris et m’ a dit qu’il y était aussi, je souris aussi. Il commença à partir et en criant il me dit qu’il serait ravi qu’on se revoit !
Aurore – Il n’a pas dit le prénom de son ami ?
Moi – Pourquoi tu demandes sa ? On s’en fiche ! Il a dit qu’il serait ravi qu’on se revoit.
Aurore – Alalalala, l’amour.

8h15, sa sonne, je dois aller en français.

10h05, c’est la pause. Je peux enfin me reposer quelques minutes avec Au’.
Aurore (en chuchotant) – Ash’, Mattéo vient vers nous.
Moi – QUOI? en me retournant. (Mattéo était habiller avec un pullover bleu marine, une écharpe noir et un caban noir. Ses cheveux brun avait des reflets blond grâce au soleil, c’est yeux d’un bleu très clair était plus foncé que d’habitude. Il venait vers moi d’une allure décontracter).
Mattéo (s’adressant à moi) – Hier, tu as fais tomber ton portable dans mon sac. Tiens.
Moi (avec un sourire jusqu’au oreille) – Merci.
Mattéo – En passant j’ai enregistrer mon numéros dans ton portable et vise vers sa.
Moi – D’accord, super merci.
Mattéo – Bon, je dois y aller, A+
Moi – A bientôt.
Mattéo (s’adressant à Aurore) – Oh et Aurore dis à ta mère que ma mère vous invite chez nous samedi pour dîner.
Aurore – D’accord, mais moi je ne serais peut-être pas la, car je vais dormir chez Ashley ce week-end.
Mattéo (s’adressant à moi) – Bas tu as qu’à venir aussi. On fera plus ample connaissance comme sa. Aller bonne fin de journée !

Moi (parlant à Au’) – Tu es un génie !
Aurore – Je sais. Je suis assez fière de mon coup, surtout l’idée m’est venus d’un coup comme ça.
Moi – N’empêche j’allais vraiment t’inviter à dormir chez moi ce week-end !
On éclata de rire ensemble et la sonnerie retentit. Et c’est partis pour une heure de maths. Youpi.

15h, Je n’ai pas sport je peux sortir maintenant ! Super, je vais pouvoir aller me blottir sous ma couette en m’imaginant dans les bras (musclés) de Mattéo.

Mercredi 15 Février

Je n’en revenais pas du comportement d’Aurore, elle n’étais plus digne d’être ma meilleure amie ! Pourquoi m’avait elle fais ça ?!
8h05, au téléphone avec Aurore :
Moi – Salut.
Aurore – Hello, qu’es qu’y ce passe ?
Moi – Tu veux pas qu’on aille faire les boutiques cette après-midi ?
Aurore – Pourquoi ?
Moi – Pour samedi ! Quelle question.
Aurore – Ah oui, c’est vrai. Euh tu sais Ashley, je n’ai pas vraiment envie d’y aller.
Moi (en criant) – Quoi ? Tu peux pas me faire sa ?!!
Aurore – Oh c’est bon c’est qu’un dîner ! Tu auras d’autre occasion de le voir ton prince charmant !! Qui d’ailleurs cache bien son jeu…
Moi – Aurore, je ne te comprends pas ces derniers jours. Qu’es qu’il y a ? Tu l’aimes pas ? Je croyais que vous étiez amis ? Il c’est passer quelque chose ?
Aurore – Oui. Il c’est passer quelque chose…
Moi – Quoi ?! Raconte.
Aurore – Il m’a embrasser…
Moi – Quand ? C’est impossible !
Aurore – Hier après le sport. Lui aussi finissait à 15h, et quand j’étais en train de rentrer chez moi, on s’est croisé et il m’a demander si je faisais quelque chose. Je lui ai répondu que non. Donc on a passer l’après-midi ensemble, on s’est bien amusés, jusqu’au moment ou il m’a raccompagnée chez moi et il m’a embrasser. Bien sur je l’ai tout de suite arrêter, et je suis rentrer chez moi. Ne m’en veut pas, je t’en pris !
Moi (je raccrocha).

Depuis ce coup de fil, on ne sait pas reparler. Tant mieux d’ailleurs, je ne veux plus la voir ! Normal non?

Jeudi 16 Février

Apparemment cette chère Aurore à parler à Mattéo, car celui ci est venu me parler…
Mattéo – Aurore écoute moi s’il te plait!
Moi – Pourquoi ?
Mattéo – Pourquoi tu en veux à Aurore ? C’est moi qui l’a embrasser. Et puis toi et moi on ne sort pas ensemble !
Moi – Tu ne peux pas comprendre. Salut!
Mattéo – Ashley, ne fais pas ta gamine explique moi.
Moi – Je n’ai pas le temps pour sa. Si tu veux vraiment que je t’explique viens à 17h au CoffeeGoulding.
Je ne lui laissa pas le temps de répondre.

17h05, qu’es que je vais pouvoir lui dire ? Qu’il me plaît ? Surement pas.
17h20, si a la demi il n’est pas la, je m’en vais !
17h29, le voila enfin !
Mattéo – Désoler d’être en retard mais j’ai louper mon bus.
Moi – Pas grave.
Mattéo – Bon alors ces explications ?
Moi – Par ou commencer ? Mardi, je regardais des magasines people et je suis tomber sur toi.. On va dire que j’ai un peu (beaucoup) flasher sur toi.. (Je me mis a rougir.)
Mattéo – Ah ah, c’était un pari avec un ami de poser pour un magasine people car on m’avait proposer et j’avais dis non. Et je les répéter a un ami, et on a fait un pari que je ne serais pas capable de poser.. Et voilà le résultat (il sortit son téléphone de sa poche et me montra la même photo que j’avais vu dans le magasine).
Moi – D’accord, bref. Après t’avoir vu dans le magasine j’ai tous de suite appeler Aurore. Elle m’a dit qu’elle te connaissait mais qu’il fallait ce méfier de toi car tu collectionnais les filles les unes après les autres…
Mattéo (en rougissant a son tour) – C’est vraiment comme sa qu’elle me voit ?
Moi (en ignorant sa question) – Puis après je suis aller au parc pour me défouler et c’est là ou je t’ai maladroitement bousculer.
Mattéo – Donc tu ne parles plus à Aurore car on s’est embrasser alors qu’Aurore ç’avait que tu avais « flasher » sur moi. C’est sa ?
Moi – Oui, exactement..
Mattéo – Je ne comprend pas très bien vaut histoire de fille mais ne gâchez pas votre amitié pour moi. Au revoir Ashley. (Et il partit)

21h43, (texto entre moi et Aurore).
Moi – Je suis désoler !
Au’ – Et moi donc ! Je n’aurais pas du passer l’après-midi avec lui. Désoler !
Moi – Pas grave, Kiss.

Vendredi 17 Février

Cette chère d’Andréa à mis dans mes chaussures de sport de la mousse à raser ! Il faut vraiment que je parle à Clément. Ça ne peut plus durer ! Elle va voir cette Andréa, je vais me venger !

10h05, je vois Clément au fond de la cours, je décide d’aller lui parler seul à seul :
Moi – J’en ai marre Clément ! Andréa me fait vivre un enfer depuis des mois depuis que tu lui as dit que tu m’aimais. S’il te plaît va lui dire la vérité.
Clément – Je ne peux pas, désoler. Ou sinon on peut vraiment lui faire croire que je t’aime ! Et si on faisait semblant de sortir ensemble ?!
Moi – Mais tu es fou ou quoi ? Tu veux ma mort ou quoi ?!
Clément – Arrête d’exagérer ! Soit on ne fais rien et elle te fais vivre un enfer ou soit on l’énerve encore plus, a toi de choisir !
10h15, dring dring.
Moi – Bon bas je te dirais ma réponse une autre fois, salut.

Une fois en cours d’espagnol je raconte tout à Aurore. J’en crois pas mes oreilles, Aurore ma meilleure amie veut que je sortes avec Clément… Elle trouve que c’est une bonne idée. Je commence à croire que tout le monde veut ma mort. Même ma meilleure amie…

15h08, en cours de mathématique, je regarde par la fenêtre. Mattéo est en train de faire sport! Qu’es qu’il est beau en survêtement… Non, non, non Ashley ! Ne pense plus à lui !
Mme Dubourreau (ma prof de math) – MLLE BEAUGRÉ, VOUS ÊTES PARMI NOUS ?
Moi – Euh oui oui…
Mme Dubourreau – Dans ce cas, pouvez vous répétez ce que je venais de dire ?
Moi – 1 + 1 = 2 ?
Mme Dubourreau – Ne soyez pas insolente Mlle Beaugré. Chez le principal! IMMÉDIATEMENT!

(Chez le principal) :
Moi (Je frappe à la porte)
Le principal, M Fourèze – Entrez !
Moi – Mme Dubourreu, ma prof de mathématique m’a dit de venir vous voir..
Le principal, M Fourèze – Et pourquoi ça ?
Moi – Car je regardais par la fenêtre et elle m’a demandé de répéter ce qu’elle venait de dire et apparemment j’ai été insolente..
Le principal, M Fourèze – Vous lui avez répondu quoi ?
Moi – Que 1 + 1 = 2
Le principal, M Fourèze – Et vous pensez que ce n’est pas insolent ?
Moi – Bas non, regardez le résultat sur une calculatrice si vous voulez mais j’ai raison.
Le principal, M Fourèze – Oui, 1 + 1 = 2, mais le problème c’est que Mme Dubourreau ne venait pas de dire ça, et surtout le plus gros problème était que vous n’écoutiez pas en classe !
Moi – Mais si.. J’ai ju.. (Il ne me laissa pas finir)
Le principal, M Fourèze – Vous resterez ce soir jusqu’à 18h. La prochaine fois ne soyez pas insolente et écoutez en classe.

15h45, en allant en histoire géographie.
Aurore – Il t’a dit quoi le principal ?
Moi – Qu’il fallait pas que je sois insolente, et que je devais écouter en classe et restez jusqu’à 18h…
Aurore – Oh non, on ne va pas pouvoir traîner au parc.
Moi – Une prochaine fois ! Bon allez a toute.
(Nous sommes rentrées en cours d’histoire géographie avec M Juandeaburre).

Vous ne devinerez jamais qui était en colle de 17h à 18h. Simon, mon ex..
Simon – Salut toi !
Moi (froidement) – Salut.
Simon – Je présume que tu aurais voulu ne jamais me revoir.
Moi – Tu as tout compris !
Simon – Tu peux pas arrêter de faire la gueule ?
Moi – Tu veux que je te rappelle comment tu as rompu avec moi ?!
Simon – Oui, j’ai fais une erreur mais je m’excuse d’accord. On a passé des moments super ensemble.
Moi – Une grosse erreur ! Tu m’as quand même quitter du jours au lendemain sans explication et tu ne m’as plus jamais adresser la parole jusqu’à aujourd’hui !
Simon – Oui, je t’ai quitter du jours au lendemain mais maintenant je le regrette alors pardonne moi s’il te plaît.
Moi – D’accord…
Simon – Merci, bon qu’es que tu fais la toi ?
Moi – Mme Dubourreau à dit que j’étais insolente et que je n’écoutais pas en cours au principal donc il m’a collé ! Et toi ?
Simon – J’ai lancer des boulettes de papier sur la prof.
Moi – Comme d’habitude quoi.
Simon – Après tu veux qu’on aille trainer au parc ?
Moi – Je sais pas si s’est une bonne idée…
Simon – S’il te plaît.
Moi – D’accord, mais pas longtemps.

18h, dring dring sa sonne enfin! On peut sortir.
Moi – On se pose sur ce banc.
Simon – OK. Alors tu as un nouveau mec ?
Moi – Non…
Simon – T’es sur ?
Moi – Certaine ! Et toi?
Simon – Personne. Pour tout te dire en ce moment je repense beaucoup à toi..
Il me regarda droit dans les yeux et m’embrassa…
Moi – Je dois y aller, salut.

Au téléphone avec Au’ :
Moi – On a un gros gros gros problème !
Au ‘ – Qu’es que tu as fais encore ?
Moi – En colle, il y avait Simon… Et…
Au’ – QUOI ?!
Moi – Et il s’est excuser de m’avoir quitter du jour au lendemain…
Au’ – Tu n’as pas accepter ses excuses quand même ?!
Moi – Ben si.. Il était sincère je crois.
Au’ – Ashley fait attention !
Moi – Mais oui. Et après il m’a proposer d’aller au parc…
Au’ – T’a pas accepter j’espère ?
Moi – Bas au début je voulais pas mais après…
Au’ – C’est pas possible ! Vous avez fait quoi au parc ? J’espère qu’il ne sait rien passer ?!
Moi – On parlait et il m’a embrasser…
Au’ – Je t’en supplie dit moi que tu l’a repoussé !
Moi – Non, je l’ai laisser faire.
Au’ – Tu es folle ?! Et Mattéo ?!
Moi – Mattéo est amoureux de toi. Tu n’as toujours pas remarquer ?
Au’ – Bas non…
Moi – Tu es bien la seule. Bref, tu vois Simon me manques… Je crois que je ne l’ai toujours pas oublier.
Au’ – Tu sais très bien ce que j’en pense mais si tu l’aimes toujours et que lui aussi, fonce.
Moi – Je t’aime, Kiss. Oh et toi appelle Mattéo !

SMS avec Simon :
Moi – Kikoo, désoler d’être partis précipitamment, mais tu m’as surprise.
Simon – pas grave ! A+
Moi – Kiss

Jeudi 23 Février

 Ça fait une semaine que je n’ai pas reparler, ni à Clément, ni à Simon. A vrai dire je les évitent tout les deux. Aurore, n’arrête pas de me dire qu’il faut que j’accepte la proposition de Clément et que je devrais dire à Simon, que notre histoire c’est du passer et qu’il m’a fait trop souffrir. Mais c’est plus facile à le dire qu’à le faire !

20h54, bon allez je vais envoyer un texto à Simon.
Moi – Il faut que je te parle, rendez-vous au parc dans 20 minutes. Kiss
21h15, il n’a peut-être pas eu mon texto ou son portable n’a peut-être plus de batterie?
21H20, je décide de rentré chez moi quand j’entends quelqu’un arrivez en courant. Je me retourne… C’est Mattéo?
Moi – Qu’es que tu fais la?
Mattéo – Il faut que je te parle. Je te dérange pas j’espère?
Moi – J’attendais quelqu’un mais apparemment il m’a poser un lapin… Bon, vas y. Exprime toi !
Mattéo – Bon voilà, on est plus fâchée hein?
Moi – C’est juste pour sa que tu veux me parler?
Mattéo – Réponds à ma question!
Moi – Oui, on est plus trop fâchée !
Mattéo – Cool, alors voilà. Je voudrais inviter Aurore à sortir avec moi, mais je voudrais que tu me renseignes sur ses goûts pour pas que je me trompe !
Moi – Ah d’accord, je comprend mieux ! Je veux bien t’aider, mais je ne suis pas sur qu’elle voudra bien sortir avec toi. Tu as bien vu, elle se méfie de toi, à cause de toutes tes conquête…
Mattéo – Je sais merci. Bon, alors, elle préfère aller au ciné ou aller dans un resto?
Moi – Les deux.
Mattéo – OK, c’est quoi son plat préférer?
Moi – Des brochettes de canard avec de la sauce au miel et avec un assortiment de pomme.
Mattéo – Et on trouve se plat dans quel resto?
Moi – Chez Gino!
Mattéo – OK, elle aime voir quoi comme film?
Moi – Les film d’amour. Et ne va surtout pas lui faire voir un film d’action! Elle déteste ça plus que tout.
Mattéo – OK, merci. J’y vais. A+
Moi – Kiss
Aurore va passer une super soirée grâce à moi !
Bon en tous cas, Simon m’a poser un lapin ! Il n’est pas près de me revoir celui là.
Oh et j’avais oublier un petit détail C’EST LES VACANCES !

Par Théa

( 12 mars, 2012 )

Heureuse

Petite fille,
Regard bleuté,
Courant innocemment
Vers ce qu’on appelle le Bonheur, 
Fuyant injustices, 
Rattrapant le temps perdu, 
Ses cheveux blonds flottant comme un long voile doré,
De ses doigts vernis,
Emprisonnés l’air,
Emprisonnés le silence,
Emprisonnées les sourires...
Petite fille,
Perdue et abandonnée,
Délaissée au coin de ma rue, 
Rêvant à l’inconnu, 
Riant aux cieux
Et prononçant ‘adieu’,
Reprit sa marche…
Heureuse de son Histoire,

Heureuse de son poème,

Heureuse. 

 

 

Alias Lucie

 

( 11 mars, 2012 )

Le printemps

Printemps, ô cher printemps, si belle et douce saison,
Toi qui chaque année nous rend espoir
Quand, des arbres, pointent les bourgeons,
Ah printemps, que j’aimerai à nouveau te voir!

Je t’attends dans le froid de l’hiver,
Affamée d’une tâche de vert.
Je ne vois que des branches mortes,
Pas une feuille qui ne ressorte
Des clichés sans vie et bicolores
Qu’est devenu la nature alors.

Et dans les rues, le pâle soleil
Démuni de sa rêveuse chaleur habituelle,
Est timide et n’ose se montrer,
Le matin hésite à se lever,
Avant de faire en hâte sa course,
Comme s’il avait la nuit à ses trousses.

   Calixta Lucifera

( 7 mars, 2012 )

Mon amour

Mon amour ,je ne suis pas cette princesse
Charmante,dont tu as peut-être rêver
Je ne suis qu’une femme à l’amour fané
Pauvre,dépassée, et non pas une déesse .

Mon amour, abandonne tes vaines lettres,
Abandonne tes amours, tes rêves, tes vœux
Abandonne mon image de tes beaux yeux
Banni-moi de ton cœur, ferme cette fenêtre .

Mon amour ,pitié,cesse de m’aimer
Je ne puis désormais supporter ta vue
Te voir et te parler je ne puis plus
Je ne sais que faire pour te mériter

Mon amour, si beau, je t’aime encore
Le plaisir de te voir m’as tout ôté
Que tu sois si loin m’as presque tué
J’espère que ton cœur est assez fort

Calixta Lucifera

( 7 mars, 2012 )

Aventure

Si un jour je devais partir en Aventure ; je t’emmenerais avec moi.
Je suivrais à jamais tes pas, tu me domineras et je me soumettrais.
Tu seras en une emprise quelquonque, tu disposeras de ma Vie.
Tu la manipuleras comme bon te semble ; tu choisiras mes choix à ta guise!
Ce sera dans la profondeur de nos fabuleux souvenirs que réapparaitra le plaisir.
Ce sera dans nos mains que nous transporterons le Monde.
Ce sera en notre Destinée que nous devrons croire,
Pour pouvoir enfin s’envoler,
Vers les endroits que nous avions toujours imaginé.

( 4 mars, 2012 )

Le cheval de guerre

Dans la pénombre de la nuit,

Avec pour seule lumière,

Pour seul repère, la lune,

Il galopait la crinière au vent.

 

Il était sans attache,

A vagabonder dans les plaines,

Dans les plaines du panache,

Il errait sans peine

 

De ses naseaux s’échappait,

Le chaud souffle de sa course effrénée,

Il hennissait à tout va,

Au milieu d’un grand combat.

 

Le cheval de guerre l’appelait-on,

Telle une tornade il sillonnait,

Les champs de bataille enneigés,

Jusqu’à atteindre l’horizon.

 

On avait confiance en lui,

Il était comme le messie,

Il était tous nos espoirs,

Il demeurait le porteur d’histoire.

 

Mais un jour, une triste journée d’automne,

L’éclat d’obus, il ne l’esquiva guère,

Sur le sol il s’allongea ; monotone.

Et dès lors ce fut le début de l’hiver,

Mais aussi la fin de la guerre.

CLara COrnélia

Dessin de Selma, mon inspiratirce adorée <3

Le cheval de guerre dans Clara COrnélia dessinselma0002-300x217

C'est le dessin qui a inspiré ce poème

( 4 mars, 2012 )

Laisse-moi t’aimer

Laisse moi imaginer tes yeux
Sous ce ciel bleu
Laisse moi imaginer ton corps
Sur cette plage en or

Quand on se croise
Je vois un paysage
Et quand je te touche
Ta peau est tellement douce

Quand je vois tes yeux
Je suis amoureux
Quand j’entends ta voix
Je suis attiré vers toi

Laisse moi t’admirer
Sinon j’en mourrais
Laisse moi te dire je t’aime
Sans aucun problème

Pour moi te regarder
Je le ferai toute la journée
Pour que tu restes dans ma vie
Sans hésiter je te dirai oui

Toi l’amour de ma vie je t’ai aimé
Parce que tu me plais
Je te dis je t’aime
En t’écrivant ce poème

Calixta Lucifera

( 26 février, 2012 )

Mots

Ce n’était pas une simple coïncidence si je me retrouvais ici… Je le savais, ils avaient tout manigancé la veille de mon enlèvement. Eh oui, ce soir j’ai été choisis… Dans deux ou trois jours, je n’existerais plus, mon prénom sur l’écran d’appel s’effacera et c’est là que ma vie pourra arrêter de sourire.
Je ne suis pas la première, jen est était victime car j’ai était repérée, repérée de quoi.. ?
    Chaque jours des personnes quitte notre monde, et d’autres on la chance de se faire offrir une vie, on appelle ça : une naissance.
Moi, j’ai était repérée, très vite… Très vite…
Les bruits sourds qui filtraient au travers des fenêtres couvraient leurs voix, les seules sorties possibles devenaient inaccessibles, et moi… Seule et sans aucune aide présente, en ce moment crucial qui marquera ma vie comme si on m’enlevait à coup de couteau une part de moi-même…  
  J’ignorais où je me trouvais, c’est ainsi qu’une incroyable envie d’écrire traversa mes pensées, oui, je n’avais rien d’autre à faire qu’attendre, peut-être que mon destin… ce destin que j’avais tant besoin de prolongé encore et encore, et le rendre le plus palpitant possible me devenait à présent hors d’atteinte.
Pour tout vous dire, les mots inscrits sur ce vieux papier jauni trouvé dans une corbeille en plastique, renversée entre deux chaises de bois, je me souviens encore de m’être accroupie pour le transformer en une chose importante à mes yeux.
  Ma baguette magique était mon stylo, ma plume glissait sur cette surface froissée ; ces quelques phrases, ces nombreuses lettres que je dessinais avec une facilitée impressionnante. J’étais fière d’avoir trouvé une occupation, très simple, certe, mais les idées fusaient dans tous les recoins de ma petite tête ; et sans m’en rendre compte, le silence s’installait petit à petit, le bruit ne me manquait pas, il me gênait… 
  Je le nier, le nier de toutes mes forces, mais je savais pourtant que mes proches, aussi près de moi soit-ils, ne pourront plus jamais me retrouvée, même après des efforts à en mourir, je ne réapparaîtrais plus à la surface de ce qu’on appelle aujourd’hui : la Terre !
Ils m’on choisis, je ne peux plus rien faire pour changer ce qui m’arrive, désormais, je suis vouée à un avenir court, que je n’aurais pas pu épanouir à ma guise… 
  Ma bouche liée, les mots parlaient pour moi et s’exprimaient à leurs façon, la mienne avait déjà disparue, ma liberté à la parole s’était éteinte, mais seul ce qui est gravé sur ce bout de papier restera dans les mémoires les plus saines et les plus honnêtes.
Quand nous sommes choisis, on quitte le monde des vivants, mais nous ne sommes pas pour autant qualifié en tant que « morts », nous existons toujours, nos coeurs sont actifs, ils battent la chamade quand des sentiments ressortent, on reste nous-même.
  Quand nous sommes choisis, nos liens avec les gens sont réels et ne se couperont jamais, il y aura à jamais un léger fil d’espoir, un souvenir inexistant qui pourtant, s’accroche au présent, le passé peut prendre du territoire mais ne peut pas en perdre ; c’est pourquoi, quand je disparaîtrais, mon image envahira toutes les pensées de mes connaissances.
  Sur ce, avant que ce geste que je produirais, balancé cet appel par la fenêtre, j’aimerais que tout ceux qui trouveront ce message (qui sera sans doutes abîmé, meurtrit ou que mes paroles auraient bavées à cause de la pluie, référence aux maintes larmes que j’ai pris la peine de compter… 6.000 000 000 !!!)

     Si, justement, mes larmes ont effacées la fin de mon message, écrivez donc la suite et conservez cette expérience de s’affirmer en vous, elle laissera des traces dans votre vie, votre destin, votre long chemin qui vous conduira vers de nombreuses réussites.
Quand on est choisis, une phrase se révèle évidente : on ne vit qu’une fois ! 
   Et sachez que l    a  fo             m                           hi             r t              f                                    g          lo          j  tu           oi        l                        er r            t                      v         vi      r t   f       u     
l           mo          b      ut y    z                  de  r j                         l       l   u                                     o      pi                                                                 y                               f e  rr                                                                    u                                                                                            h                                     rt                                               u ui                                                                              h                                                                        n                      n                                                                                s               a                                                                                                                                                                                                       k                                                      jj                                                                                    j f

 

 

 

Alias Lucie

( 20 février, 2012 )

L’enfance

 

Mes anciens plaisirs sucrés
De ma vie, je n’ai jamais préféré
Mes bonbons roses, mes fraises tagada
C’est avec ça que j’ai fait mes premiers pas

Calixta Lucifera

( 18 février, 2012 )

Lettre d’amour

 

J’aimerai écrire une lettre
Une lettre d’amour une lettre de cœur
Une lettre où je pourrai promettre
Et régler mes sentiments sur cet accordeur

Avec des « je t’aime » mille fois répétés
Le contenu de mon cœur malmené
Que mon amour surtout y rayonne
Sans que sur le papier je l’y abandonne

Je voulais te dire que je t’aime
Trois mots, sept lettres si durs à prononcer
Pour te le dire j’écris ce poème
J’espère que tu l’as compris et que c’est partagé

Si tu veux être prêt j’attendrai
Jusqu’à la mort je patienterai
Moi je n’aspire qu’à ta félicité

                                                 Calixta Lucifera

Je l’ai reçu ta lettre  ^^ ! Désolé j’ai pas pu m’en empêcher, libre à toi de laisser la vidéo Calixta, c’est ton poème après tout.

1234567
« Page Précédente  Page Suivante »
|